mardi 3 octobre 2017

Un petit livre fort réjouissant, qui nous rappellera qu'en matière de taxation débridée l'exemple vient de loin : Jean-François Nimsgern, Histoire des impôts improbables.


Y figurent en bonne place des impôts hélas célèbres, tels que la gabelle, taxe sur le sel dont l'abus fut à l'origine de nombreuses révoltes, ou ceux sur les signes extérieurs de richesse (toute ressemblance avec l'actualité ne saurait être que fortuite 😉), au rang desquels celui qui frappa portes et fenêtres en France jusqu'en 1926 (eh oui !) et qui contraignit toute une partie de la population à vivre dans des logis obscurs et malsains - tandis que d'autres faisaient peindre des fenêtres en trompe-l’œil sur les façades de leurs demeures pour paraître plus riches qu'ils ne l'étaient vraiment !

A côté de ces stars de la fiscalité, d'autres impôts étonnants, voire cocasses, sont pour leur part tombés dans l'oubli. Il en va ainsi de la taxe anglaise sur les perruques (supprimée en 1869), sur les chapeaux (abolie en 1811), ou bien celle sur les barbes dans la Russie du XVIIIème siècle. Sans compter celle inventée par Cromwell sur les savons, au prétexte que "chercher à sentir bon était une vanité détournant le peuple de la nécessaire modestie face à Dieu", et que "la toilette devait être d'autant plus combattue que [c'était] une activité qui se [pratiquait] usuellement nu" ! (page 68)

D'autres encore sont éminemment politiques, comme par exemple la taxe instaurée en 1653 par le même Cromwell, décidément très créatif, sur les seuls revenus des royalistes avérés ou supposés tels, et ce afin de financer une milice chargée de combattre... les royalistes ! Sans compter les taxes réservées aux Chinois au Canada, aux non-mulsumans en terre musulmane, et aux Juifs un peu partout - toutes officiellement disparues aujourd'hui.

L'ouvrage, bien qu'érudit et documenté, est d'une lecture agréable ; Jean-François Nimsgern réussit même à faire preuve d'humour et de légèreté, ce qui n'était pas évident sur un sujet aussi morose.
Enfin, son organisation en quelques grands thèmes a l'avantage de la clarté, et permet en outre la comparaison entre des impôts similaires créés à différentes époques, en différents lieux, et par des administrations fiscales différentes - qui partagent néanmoins une même obsession : comment, saperlipopette, faire passer l'argent de votre poche à la leur ?!


Aucun commentaire:

Publier un commentaire